Argentine-Islande 1-1, Messi et l’Argentine accrochés d’entrée

1e journée du Groupe D du Mondial

Argentine-Islande : 1-1

Buts :

Aguero (19e); Finnbogason (23e)

Vice-champion du monde en titre et désigné comme l’un des candidats pour la conquête du titre suprême cette année, l’Argentine n’a pas vraiment fait honneur à ce statut, ce samedi à l’occasion de son entrée en lice dans la compétition face à l’Islande. À Moscou, dans la belle enceinte d’Oktrytie Arena, les Albiceleste ont manqué de conviction et de fluidité dans leur jeu. Ils n’ont eu l’avantage à la marque que quatre minutes de jeu et ont dû au final se contenter d’un petit nul. Une prestation d’ensemble moyenne, et qui a été symbolisée par le décevant match de Lionel Messi. La star de l’équipe a même loupé un pénalty.

On jouait la 64e minute de jeu quand le quintuple Ballon d’Or s’est présenté devant le petit point blanc de la surface. Le Barcelonais a plutôt bien exécuté son tir, mais Halldorsson, le dernier rempart scandinave, est parti de bon côté. Alors qu’il aurait pu relancer son équipe, le numéro 10 argentin n’a fait qu’étirer la situation d’échec des siens. Contre un adversaire parfaitement regroupé en défense et qui n’a eu aucun problème à abandonner la possession du ballon (21%), les Sud-Américains n’ont été ni assez inspirés, ni assez tranchants dans leurs offensives pour assurer la victoire.

La meilleure période de l’Argentine dans cette partie a été celle qui avait précédé l’ouverture du score. Les doubles champions du monde sont en effet plutôt bien rentrés dans leur match. Une mainmise qui a été matérialisée par Sergio Aguero, auteur d’un tir en pivot victorieux à la 19e minute à la suite d’une tentative de Marcos Rojo. Ce premier but aurait aussi pu survenir plus tôt si par exemple Messi n’avait pas trouvé le gardien sur sa trajectoire (17e) ou si la reprise de l’arrière du crâne de Tagliafico avait été cadrée.

L’Islande a plié sans rompre

Avec une pareille entame, les supporters pensaient assister à première sortie tranquille de l’Argentine. Mais, en même temps que les Albiceleste levaient le pied, l’Islande, elle, s’est rebiffée. Et l’égalisation de Finnbogason était le fruit d’une belle réaction d’orgueil. Le joueur d’Augsbourg inscrivait le premier but de son pays en Coupe du Monde en reprenant un ballon relâché par Caballero (23e). À 1-1, l’Islande s’enhardissait, et il s’en est fallu de très peu pour qu’elle prenne les devants à la marque juste avant la mi-temps. À la 45e minute, il y a eu deux énormes alertes qui ont fait parcourir un énorme frisson dans le camp argentin. Sur la première, Caballero a dû sortir le grand jeu et sur la seconde Sigurdsson a manqué le cadre de justesse.

La deuxième période, et comme on pouvait s’y attendre, a vu l’Argentine contrôler les débats. Mais c’était une maitrise stérile. Si l’on excepte le pénalty raté, une autre frappe de Messi (80e) et un tir en désespoir de cause de Rojo (88e), il n’y a pas vraiment eu de situations chaudes sur les buts Islandais. Le plan mis en place par le coach Heimir Hallgrimsson a parfaitement fonctionné. Néanmoins, et sans dévaluer le travail de la sélection nordique, si le match s’est achevé sur un score de parité c’est aussi parce que l’Argentine a manqué le coche, livrant une copie brouillonne et qui n’est pas faite pour la mettre en confiance en vue de la suite de la compétition.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *