Arrêt Cedeao: « C’est du n’importe quoi »

Les responsables de l’Alliance pour la République (Apr), réunis en conférence de presse, ont réagi à la publication de l’arrêt de la Cour de justice de la Cedeao. Lequel condamne l’État du Sénégal par des violations des droits de Khalifa Sall et de ses co-prévenus.  Seydou Guèye, porte-parole national de l’Apr, a jugé bon de faire quelques mises au point sur la demande de libération de Khalifa Sall.

« L’emballement constaté ces derniers jours dans le débat politique exige un devoir de clarification de la part de l’Apr pour déconstruire l’amalgame savamment entretenu par un personnel politique en panne de projet, de méthode et de leadership, à quelques mois de la présidentielle de 2019. Les affaires dites Khalifa Sall et Karim Wade ont pris une dimension politico-médiatique qui est en train d’obstruer la perception que le peuple sénégalais devrait en avoir. Toute interprétation politicienne n’est rien d’autre qu’une vue très courte de l’esprit », a déclaré Seydou Gueye.

Qui invite Khalifa Sall et son entourage à s’armer de patience.  « Le procès se poursuit aujourd’hui au niveau de notre Cour d’appel, laissons la justice faire son travail dans la sérénité et en toute responsabilité. En première instance,  la justice de notre pays a déclaré  le maire coupable en le condamnant à  une peine de prison ferme, ainsi que  d’autres agents sous sa responsabilité. C’est cette décision que devra confirmer ou infirmer la juridiction d’appel ».

Concernant la libération du maire de Dakar, il précise : « Les juges de la Cedeao, par leur décision, ont laissé le soin aux magistrats sénégalais de poursuivre la procédure parce qu’ils ont une claire conscience que le droit dans cette affaire doit être dit par le juge national, autrement, cela témoigne d’une confiance du juge communautaire en notre système judiciaire ».

Pour Seydou Guèye, les commentaires notés ça et là sur le sujet ne sont que « des élucubrations juridico-sentimentales ». Et les qualifient de « ‘’Waxu ku daanu si saret (des propos insensés), mais des propos de ‘’ku saaret daanu sa kaw » (du n’importe quoi). Tellement, le sentiment d’échec de la défense dans cette affaire est lourd et la manipulation ne passera pas ».

Il poursuit : « La décision de la Cedeao, enfin disponible dans son intégralité, doit être replacée dans son contexte puisque la juridiction communautaire n’a statué qu’en matière de ‘violation de droit de l’homme. La Cour de justice de la Cedeao n’est pas une justice pénale, ni une instance d’appel, encore moins une juridiction de cassation. Au  surplus, il n’existe aucun  rapport hiérarchique entre elle et les juridictions des pays membres de la communauté, sinon des rapports de coopération. Alors les commentaires de la partie adverse sont tendancieux, dangereux et préjudiciables à la réputation d’une juridiction qui a dit le droit dans cette affaire ».

 

seneweb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *