Comment le gouvernement compte imposer l’huile d’arachide aux consommateurs

Le ministre du Commerce a annoncé, ce vendredi 10 Août 2018, une série de mesures allant dans le sens de favoriser la filière arachide. Alioune Sarr a fait part de la décision du gouvernement d’exiger à compter d’aujourd’hui que les formats d’huile de quantité variant entre 250 ml et 5 litres vendus aux Sénégalais soient de l’huile d’arachide.

« Nous avons pris un certain nombre de décisions pour accompagner la filière. Le Sénégal n’interdit pas les importations de produits. Il respecte ses engagements vis-à-vis de l’Omc (Organisation mondiale du commerce), mais nous accompagnons ces filières comme le font les pays de l’Union européenne, la Chine, etc. Nous avons donc pris la décision, désormais, que les formats d’huile de 250 ml à 5 litres soient maintenant consacrés à l’huile d’arachide », a confié le ministre dans la capitale du mouridisme où il s’était rendu ce vendredi 10 août 2018 pour visiter les installations du Rasiaat (Regroupement des acteurs du secteur agroalimentaire de Touba).

Le directeur du Commerce intérieur, contacté par Seneweb, a précisé que « cette mesure était en chantier ». Selon lui, il y a un délai accordé aux importateurs pour leur permettre d’écouler les commandes qu’ils avaient déjà faites. Cependant, la mesure est en train d’être appliquée même si on leur laisse un peu de temps ».

Outre cette mesure ferme, une autre décision a été prise en direction des importateurs. Le ministre du Commerce a annoncé que « les quotas des importations d’huile seront adossés à l’achat effectif d’huile d’arachide ». Une décision qu’il trouve légitime : « Parce que quand même, nous ne pouvons pas accepter que des hommes et des femmes qui importent de l’huile, de l’huile achetée par des Sénégalais, ne participent pas à l’effort national de développement de cette filière. Donc, sur ça, je pense qu’il ne faut pas que les gens essayent de contourner ni d’aller tenter de voir le ministre. Il ne faut pas tenter de venir me voir parce que vous n’avez aucune chance d’avoir une réponse positive », a-t’il indiqué.

Après avoir félicité la Sonacos et le Rasiaat pour leur parfaite collaboration, il a invité « les autres entreprises à suivre les pas de ladite industrie. C’était l’engagement de chacun et nous veillerons à ce que chacun respecte cela. Je veux citer notamment Cit, Fks et Oléosen pour qu’ils puissent justement entrer en contact dans les meilleurs délais avec Rasiaat pour faire la même chose. Parce que si chacun prend 300 t par jour, si vous êtes 4, cela nous fait 1 200 t par jour et le problème est réglé. Donc, j’invite donc toutes les industries à faire la même chose. Quand le gouvernement prend des décisions qui impactent la population, je pense que tous les acteurs économiques doivent participer de manière effective ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *