Danemark-France 0-0 – Les Bleus conservent leur première place sans briller

Qualifiée et dans une position confortable pour la première place après ses deux victoires, l’équipe de France a buté sur le Danemark pour le dernier match de cette phase de poules. Une rencontre complètement fermée, dans laquelle un onze remanié n’aura pas su mettre les ingrédients nécessaire pour forcer la décision.

La première période a été conforme à ce que l’on attendait. Le bloc français, positionné plus haut que celui de son adversaire, à tenté de prendre le jeu à son compte avec un Thomas Lemar mobile, mais les opportunités nettes ont été beaucoup trop rares pour les hommes de Didier Deschamps. Comme contre le Pérou, ils ont même été un peu bousculés dans les premières minutes, Martin Braithwaite montrant, au moins au début, qu’il avait toujours ses jambes du championnat de France (8e).

Une domination stérile 

Les Bleus ont répondu sous l’impulsion d’Olivier Giroud, dont la reprise peu académique a failli surprendre Schmeichel (15e). Autour de Giroud, Antoine Griezmann a beaucoup bougé pour essayer de fuir le marquage strict dont il faisait l’objet. D’abord en explorant les côtés, puis en partant de beaucoup plus bas pour amorcer les actions, sans grande réussite. Thomas Lemar, pas assez incisif, et Ousmane Dembélé, remuant mais parfois brouillon, n’ont pas pu trouver la faille non plus. Le plus beau contre est intervenu juste avant la pause, mais Griezmann, parti à grande enjambées, a été victime d’une « faute utile » à trente mètres des buts. Sans même tirer le coup-franc, les Bleus sont rentrés à la pause avec ce score vierge.

Olivier Giroud Simon Kjaer Denmark France World Cup 26062018

Le second acte a offert une configuration identique. Très bas, les Danois ont bien quadrillé le terrain pour réduire les espaces, et les Français ont manqué d’inspiration pour trouver des décalages. La seule curioristé est venue des changements. Lucas Hernandez a été protégé pour la suite, laissant un peu de temps de jeu à Benjamin Mendy. Antoine Griezmann, lui, est encore sorti. C’est la troisième fois en trois matches que le Mâconnais sort au milieu de la seconde période.

Nabil Fekir, entré à la place du numéro 7, n’a pas tardé à se mettre en éviddence en décrochant une belle frappe qui a fait trembler le filet extérieur de Kasper Schmeichel à vingt minutes de la fin (70e). En face, c’est bien Christian Eriksen qui a tenté de faire parcourir quelques frissons dans la défense française. Sur un coup-franc à trente mètres, la frappe dangereuse du meneur de jeu danois a forcé Steve Mandanda à s’y reprendre à deux fois (54e). Le maestro de Tottenham a ensuite vu sa tentative de frappe croisée fuir le cadre (59e). La dernière demi-heure n’a pas caché les intentions des Danois, qui se sont même permis une passe à dix malgré l’agacement du public. Nabil Fekir, encore, a eu le mérite de contraindre Schmeichel à s’employer (81e). Mais on en est resté là. Place à la suite.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *