Iran-Portugal 1-1 – Le Portugal et Ronaldo échappent au pire

laissé place à deux copies nettement moins convaincantes. Comme pour rappeler, une enième fois, que résultat et production ne corrèlent pas toujours. Déjà très poussif contre le Maroc (1-0), le champion d’Europe a livré un match comparable face à l’Iran, sans la victoire au bout.

La première période a été particulièrement laborieuse, confirmant que la bande de Cristiano Ronaldo n’est pas à son aise face à des blocs bas et compacts. La seule véritable occasion digne de ce nom est intervenue par Joao Mario, mais la frappe du milieu a manqué de précision (9e). La suite a oscillé entre faux rythme, approximations techniques et frappes lointaines sans conviction. Inoffensif dans ses attaques placées, inapte à procéder par attaques rapides au vu du bon quadrillage de l’adversaire, le Portugal a dû s’en remettre à un exploit individuel pour forcer le verrou iranien. Il ne restait que quelques secondes dans ce premier acte quand Ricardo Quaresma s’est infiltré dans la surface en partant de son côté droit, avant de déclencher une merveille de frappe de l’extérieur du pied en pleine lucarne (1-0, 9e).

Peu inspiré, Ronaldo aurait pu être expulsé

Dans ce désert d’émotion, Cristiano Ronaldo n’a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. Même dans un mauvais jour, CR7 a pourtant trouvé le moyen de focaliser l’attention sur lui en deuxième période. D’abord en provoquant un penalty que l’arbitre a refusé de lui accordé, avant de revenir sur sa décision après usage de la VAR, engeandrant une vive tension dans les deux camps… jusqu’à ce que Cristiano voit Beiranvand détourner sa tentative (52e).

La suite a été timorée, l’Iran tentant de se révolter sur des tirs lointaines à l’image Ghoddos (74e), mais c’est l’inévitable Ronaldo qui a encore fait parler de lui. Coupable d’un geste d’humeur dans un duel avec Pouraliganji, la superstar du Real a patienté de longues minutes, rictus nerveux au coin de la bouche, avant de voir l’arbitre de la rencontre lui décerner un carton jaune plus que clément (82e).

La fin de match a été beaucoup plus animée et c’est l’Iran qui a cette fois-ci bénéficié d’un penalty que Karim Ansarifard a transformé pour redonner espoir à tout un peuple (1-1, 90e+1). L’opportunité qui a suivi à provoqué des frissons quand Taremi, d’une frappe croisée, a fait trembler les filets extérieurs du but de Rui Patruicio (90e+2). Jusqu’au bout, les Iraniens ont jeté toutes leurs forces. Avant de tomber, armes à la main. Le Portugal s’en sort très bien.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *