Macron: « Je sais que je ne réussis pas tout »

En introduction de son discours au Congrès de Versailles, le président a assuré ne pas avoir oublié les colères et les peurs des Français.

En congrès à Versailles devant le Parlement, Emmanuel Macron a, dans son long discours, tenu à rassurer, en expliquant ne pas avoir oublié « les peurs, les colères, accumulées pendant des années », qui ont conduit à son élection et « n’ont pas disparu en une année », disant savoir qu’il « ne réussi(t) pas tout ».

« Je n’ai rien oublié, et vous non plus, du choix que la France a fait il y a une année », entre d’un côté « toutes les tentations de la fermeture et du repli et de l’autre la promesse républicaine, entre d’un côté tous les mirages du retour en arrière et de l’autre les yeux ouverts, le réalisme et l’espérance assumée », a-t-il déclaré devant les parlementaires.

Emmanuel Macron a également souligné « la peur du déclassement pour soi-même et ses enfants », « la rage devant l’impuissance publique », et « un pays qui se sent coupé en deux non pas seulement entre parties opposées mais, plus grave encore, entre sa base et son prétendu sommet ».

Evoquant « l’impression du citoyen d’être ignoré, méprisé », il a parlé, « à la base », « des femmes et (des) hommes au travail ou qui cherchent du travail sans en trouver, tous ceux qui ont du mal à boucler les fins de mois », face « au sommet, ceux qui sont au pouvoir, leur discours de soi-disant puissants qui ne change jamais rien et auquel, en plus, on ne comprend plus rien. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *