Mort à 86 ans du cinéaste Ermanno Olmi, Palme d’or à Cannes

Le cinéaste italien Ermanno Olmi, Palme d’or au festival de Cannes en 1978 avec « L’Arbre aux sabots », est mort à l’âge de 86 ans, a annoncé le ministère italien de la Culture.

Malade depuis de longues années, le cinéaste autodidacte, pionnier dans le genre documentaire, s’est éteint dimanche à l’hôpital de Asiago, près de Vicence (nord de l’Italie), où il avait été admis vendredi en raison de l’aggravation de son état.

« La disparition de Ermanno Olmi prive la culture italienne d’un géant, un très grand maître du cinéma italien », a réagi le ministre de la Culture, Dario Franceschini.

« Intellectuel profond qui a sondé et exploré les mystères de l’homme et raconté, avec la poésie qui caractérise ses oeuvres, le rapport entre l’homme et la nature, la dignité du travail, la spiritualié », a-t-il ajouté.

Né à Bergame le 24 juillet 1931, il a réalisé une quarantaine de courts métrages et une vingtaine de longs métrages, le plus célèbre étant « L’Arbre aux sabots » (« L’albero degli zoccoli »), une description quasi documentaire de la vie de quatre familles de paysans pauvres à la fin du XIXe siècle.

Le cinéaste italien Ermanno Olmi, Palme d’or au festival de Cannes en 1978 avec « L’Arbre aux sabots », est mort à l’âge de 86 ans, a annoncé le ministère italien de la Culture.

Malade depuis de longues années, le cinéaste autodidacte, pionnier dans le genre documentaire, s’est éteint dimanche à l’hôpital de Asiago, près de Vicence (nord de l’Italie), où il avait été admis vendredi en raison de l’aggravation de son état.

« La disparition de Ermanno Olmi prive la culture italienne d’un géant, un très grand maître du cinéma italien », a réagi le ministre de la Culture, Dario Franceschini.

« Intellectuel profond qui a sondé et exploré les mystères de l’homme et raconté, avec la poésie qui caractérise ses oeuvres, le rapport entre l’homme et la nature, la dignité du travail, la spiritualié », a-t-il ajouté.

Né à Bergame le 24 juillet 1931, il a réalisé une quarantaine de courts métrages et une vingtaine de longs métrages, le plus célèbre étant « L’Arbre aux sabots » (« L’albero degli zoccoli »), une description quasi documentaire de la vie de quatre familles de paysans pauvres à la fin du XIXe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *