Procès Imam Ndao : « L’épouse de Diokhané a été arrêté par près de 400 hommes »

tion d’elle. Plus tard, j’ai appris qu’il y a eu des arrestations dans le cadre d’un dossier pour terrorisme. Sur le coup je me suis rendue, à la Section de recherches. On m’a informé alors qu’elle était à la Dic (Division des investigations criminelles. Sur place, les enquêteurs ont refusé que je la vois. Et m’informe qu’elle a été interrogée à 3 reprises », se remémore Me Wane.

« Elle dormait avec 4 enfants »
Quand elle rencontre sa cliente, celle-ci l’informe des charges qui sont retenues contre elle. « Il parait que mon mari est terroriste, donc je suis terroriste », lui avait-confié Amy Sall. Qui raconte son calvaire durant sa garde à vue.

« Pendant 5 jours, elle n’a même pas pu changer ses habits, elle n’a pas pu manger et n’a vu aucun membre de sa famille. Et pire, au moment de son arrestation, elle dormait avec au moins 4 enfants. Aujourd’hui, elles sont traumatisées à vie. Revoyons nos méthodes d’arrestation, revoyons nos conditions de détention. Elle a été la seule personne à être entendue par la Dic et par la Sr », s’est indignée l’avocate, qui indique que dans le procès-verbal, toutes les questions portaient sur sa relation avec son époux.

« Elle est victime d’un mariage. Ce mariage est son choix. Ce n’est pas parce que leur époux est devant cette barre qu’elles (Coumba Niang, sa coépouse et elle) devraient être-là. On ne peut pas poursuivre et condamner des épouses parce que leur époux a été arrêté. Mieux, au moment de leurs arrestations (celle de sa coépouse Coumba Niang et elle), leur époux était encore libre. C’est bien après qu’il a été arrêté. Et il a bien dit que ses épouses n’étaient pas mêlées à ses affaires. Il enseignait l’arabe hors du pays », souligne Me Wane. Qui a ainsi, demandé l’acquittement pour sa cliente.

« Elle a reçu 500 euros pour… »
« Elle m’a avoué avoir reçu 500 euros (350000 FCFA) de sa coépouse pour payer des dettes. C’est à cause de cet argent que le parquet a requis 5 ans de prison. Vous avez devant vous une dame qui était poursuivie pour tous les crimes visés dans cette affaire : financement, apologie, association de malfaiteurs, blanchiment etc. Pendant plus de 3 ans, elle a eu à trainer ce boulet », plaide Me Wane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *