Roumanie: le référendum contre le mariage gay boudé

Le seuil de 30% doit être atteint pour valider le résultat. Au premier jour du scrutin, à peine 5% des électeurs ont voté.

Pour le moment, le référendum ressemble à un échec. Invités à se prononcer sur l’interdiction du mariage des couples homosexuels dans la Constitution, les Roumains se sont très peu déplacés dans les bureaux de vote samedi, au premier jour du scrutin. A deux heures de la clôture des bureaux, à peine un peu plus de 5% d’entre eux avaient voté. Or, la clef du scrutin réside dans la participation: le seuil de 30% des inscrits doit être atteint pour valider le résultat.

Les quelque 19 millions d’électeurs du pays ont jusqu’à dimanche soir pour se prononcer sur un changement de la définition du mariage qui ferait que seuls « un homme et une femme » puissent s’unir et non plus des « époux », comme le stipule actuellement la loi fondamentale. « Nous nous attendons à une mobilisation plus forte dans le milieu rural dimanche, après la messe », a estimé le sociologue Barbu Mateescu.

Un vote pour faire oublier les scandales?

D’un point de vue légal, rien ne changera à l’issue du référendum, puisque la législation roumaine n’autorise actuellement ni le mariage entre personnes de même sexe ni l’union civile. Les adversaires du scrutin fustigent un vote qui risque d’alimenter l’homophobie et dont l’enjeu serait de faire oublier les déboires du parti social-démocrate (PSD) au pouvoir.

Les responsables de la majorité ont d’ailleurs été parmi les premiers à voter, comme la cheffe du gouvernement Viorica Dancila ou le puissant patron du PSD Liviu Dragnea. « Le moment est venu de décider nous-mêmes comment nous voulons vivre dans notre pays », a-t-il déclaré, assurant qu’il ne s’agissait « absolument pas d’un vote contre une minorité ».

Les sociaux-démocrates comptent sur ce scrutin pour mobiliser la Roumanie rurale et conservatrice, le coeur de leur électorat, alors que le parti est en perte de vitesse, accusé de vouloir affaiblir la lutte contre la corruption et de contrôler la justice qui a épinglé nombre de ses élus. Les résultats du référendum sont attendus lundi. Le même jour, Liviu Dragnea doit comparaître pour son procès en appel dans une affaire d’emplois fictifs qui lui a valu trois ans et demi de prison ferme en première instance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *