Serigne Khadim Lô : « Le départ en exil était la condition de la survie de la communauté mouride »

Marquant le départ en exil « d’un esclave exalté du Seigneur, le Magal de Touba est aussi l’hypsomètre de son ultime élévation spirituelle. D’une telle action, nous tirons toujours et quotidiennement les dividendes car elle était la condition sine qua none de la survie de sa communauté », a soutenu Serigne Khadim Lo, dans une déclaration parvenue à Seneweb au lendemain de la célébration du grand Magal de Touba. « Mais l’échelon une fois acquis, il se prévalut de son altruisme pour convier tout un chacun en à tirer l’usufruit; conscient que les faveurs de « Ya Razaqou » étaient si infinis qu’ils ne pouvaient se contraindre au pré carré de Touba. En cela Cheikhoul khadim est une manne universelle ! ».

« Journée de grâces et de jouissance, ce 18 Safar nous rappelle si besoin en était que l’un des principes déterminants et communs dans la Oummah est l’existence du test de foi qui se manifeste par une somme d’épreuves qui s’abat sur les croyants sincères « , poursuit le chef religieux.

? »Si le Magal n’est pas un rite ordinaire, ajoute-t-il, c’est parce qu’il permet à tout musulman de magnifier en parfaite symbiose avec Serigne Touba pour les innombrables bienfaits accordés ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *