Toronto : qui est Alek Minassian, le chauffeur de la fourgonnette qui a tué 10 personnes ?

Le conducteur de la camionnette qui a foncé dans la foule lundi 23 avril à Toronto, causant la mort de 10 personnes, a agi de manière « délibérée » et les autorités privilégient dorénavant la thèse d’un acte isolé ne visant pas la « sécurité nationale » du Canada. En soirée, la police a revu à la hausse le bilan du véhicule-bélier : 10 morts et 15 blessés après le décès d’une personne admise à l’hôpital.

Rapidement arrêté, le chauffeur de la fourgonnette de location a été identifié comme étant Alek Minassian, âgé de 25 ans et originaire de Richmond Hills, en banlieue nord de Toronto, a relevé Mark Saunders, chef de la police de la plus grande ville canadienne qui accueillait au même moment les ministres des Affaires étrangères et de la Sécurité publique des pays du G7.

En l’état, la piste psychiatrique est privilégiée par les enquêteurs, selon NBC News.

Étudiant en informatique

Selon les informations recueillies sur son profil LinkedIn, Alek Minassian se présentait comme un étudiant en informatique au collège Seneca à North York, à Toronto. Il travaillait également comme concepteur d’applications pour smartphones, rapporte le « Huffington Post Québec ».

Sur Twitter, la journaliste du « Global News » à Toronto Catherine McDonald a partagé une capture d’écran présentée comme un statut Facebook posté par le suspect quelques minutes avant l’attaque.

Dans ce message, Alek Minassian semble faire l’apologie de Elliot Rodger, l’auteur de la tuerie de Santa Barbara, en Californie, le 23 mai 2014 :

« La rébellion est déjà commencée. […] Tous saluent le suprême Elliot Rodger ! »

Radio Canada, relayé par « Le Monde », précise qu’Alek Minassian se présente comme un « involuntary celibate », « célibataire involontaire ». Là encore, il pourrait s’agir d’une référence à Elliot Rodger.

Elliot Rodger, 22 ans, avait poignardé à mort trois personnes puis tué trois autres par balles, avant de se suicider à l’issue de son équipée meurtrière à Isla Vista, près du campus de l’Université de Californie à Santa Barbara (UCSB). Dans une vidéo tournée avant l’attaque, il disait vouloir prendre sa « revanche sur l’humanité » et surtout sur les femmes après avoir souffert de rejet.

« Tire-moi dans la tête ! »

L’interrogatoire en cours du chauffeur doit permettre de déterminer « le mobile exact » du conducteur de la camionnette blanche, a indiqué la police. Sur des images diffusées, il apparaît debout, au côté de la camionnette, faisant face avec agressivité à un policier armé.

Au moment de son arrestation, le chauffeur – qui n’était pas armé – a semblé pointer un objet vers le gardien de la paix avant de s’en débarrasser et de se faire menotter. Selon le « Huffington Post » canadien, il aurait demandé aux forces de l’ordre de l’abattre et aurait crié : « Shoot me in the head », « tire-moi dans la tête ».

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *