Un gros poisson d’avril

Hier, 1er avril, journée des blagues, impostures et autres fausses nouvelles : la presse sénégalaise n’a pas dérogé à la tradition avec cette annonce du site d’information SenePeople : « Macky Sall accorde une grâce à Khalifa Sall ! », lance le site. « Alors que la polémique continue d’enfler sur la condamnation du maire de Dakar, Macky Sall a surpris tout le Sénégal en faisant libérer Khalifa Sall par grâce présidentielle. Par cette action, il surprend tous les détracteurs qui parlaient d’élimination d’un adversaire politique. »

Voilà pour ce poisson d’avril…

Blague à part, Khalifa Sall reste bien en prison. Et la polémique continue d’enfler dans le pays. C’est ce qie constate notamment le site d’information Seneweb : « bien que le verdict soit prononcé depuis maintenant trois jours, l’affaire Khalifa Sall continue à susciter moult commentaires. » Exemple, pointe Seneweb : « de l’avis de Me Amadou Aly Kane, membre du barreau, un certain nombre de contradictions sont à relever dans la décision de justice rendue. ‘Le maire et son directeur financier sont accusés d’avoir commis une escroquerie sur leurs propres ressources budgétaires. Et ce, en l’absence d’une quelconque preuve d’enrichissement personnel de leur part’, note-t-il. ‘Les mêmes, poursuit-il, sont accusés d’avoir commis de fausses certifications de dépenses, pénalement punissables, alors même que la loi organique sur la Cour des comptes qualifie de tels faits comme des fautes financières passibles de la chambre de discipline financière de la Cour. Sauf s’ils ont été commis dans un but d’enrichissement personnel de leurs auteurs. Ce qui n’a été prouvé à aucun stade de la procédure’. »

Dura lex sed lex…

Pour Me Baboucar Cissé, avocat de l’État du Sénégal dans ce procès, cité par Le Quotidien, et dont les propos sont repris par le site d’information Senego, « le tribunal a rendu sa décision en toute impartialité et comme toute décision, elle fait des mécontents. (…) Le tribunal n’a fait qu’appliquer le droit dans toute sa rigueur. La loi est dure, mais c’est la loi. »

Les hommes politiques ne sont pas absents du débat, loin de là…

Ainsi, Abdoulaye Bathily, ex-ministre et ex-président de la Ligue démocratique, cité par Dakar Actu, estime que « l’affaire Khalifa est un procès politique. » Et de rappeler « avoir toujours combattu cette instrumentalisation de la justice par l’exécutif aux fins de plomber l’activité politique de l’adversaire. » Abdoulaye Bathily affirme en outre avoir, par le passé, « lutté contre l’emprisonnement de Wade sous Diouf et les persécutions que Wade lui-même, a tenté de faire subir à Idrissa Seck et Macky Sall. »

A contrario, toujours dans Dakar Actu, El Malick Seck, conseiller municipal à Thiès ne mâche pas ses mots : « Khalifa Sall subtilise des milliards aux dakarois pour ses dépenses personnelles et certains veulent en faire un héros. Il a fait une erreur, qu’il l’assume. Il a le droit d’avoir des ambitions, qu’il se batte pour les atteindre. C’est son droit absolu. Mais qu’il accepte les règles du jeu. »

Privé de présidentielle…

En fait, analyse Aujourd’hui  à Ouagadougou, « si ce procès cristallise autant de passion, c’est en effet la proximité de la présidentielle et l’étoffe du célèbre reprouvé de la mairie qui apparaît aux yeux de beaucoup comme un challenger sérieux face au plus que probable président Macky Sall. Et la question qui turlupine ses ouailles et le microcosme socialiste sénégalais est la suivante : cette condamnation en première instance ne cadenasse-t-elle pas les chances de Khalifa Sall d’être sur la ligne de départ de la présidentielle de février 2019 ? »

« A moins, estime Le Paystoujours au Burkina, que le juge d’appel ne fasse renaître un quelconque espoir en annulant sa condamnation ou en réduisant considérablement sa peine. Pour l’heure, le maire sexagénaire n’a plus d’autre choix que de ranger ses ambitions présidentielles. Il lui reste peut-être à croiser les doigts et espérer, conclut le quotidien ouagalais, que Macky Sall lui accorde une grâce présidentielle… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *