Université : la Tunisie parie sur des cursus payants pour attirer les étudiants étrangers

La Tunisie va permettre aux étudiants étrangers qui le souhaitent, de s’inscrire directement à l’université publique moyennant le règlement de frais de scolarité. Auparavant, seul le système de bourse permettrait de partir étudier dans le pays.

À la rentrée, les étudiants étrangers pourront, pour la première fois en Tunisie, s’inscrire directement auprès des universités publiques à condition d’acceptation de leur dossier et du paiement de frais de scolarité. Une circulaire sera signée en ce sens par le Premier ministre, Youssef Chahed, dans les jours à venir. Jusqu’ici, ces étudiants, venant à 70 % de l’Afrique subsaharienne, devaient leur venue en Tunisie à des accords inter-étatiques et des systèmes de bourses d’études. Ces derniers ne disparaissent pas, mais cette ouverture doit permettre au pays de faire un saut quantitatif et qualitatif. Le ministère de l’Enseignement Supérieur table sur une hausse de 2 % à 10 % du nombre des étudiants étrangers d’ici 2023 – ils sont actuellement 7 346 dont 3 074 dans les universités publiques.

De l’argent pour améliorer les infrastructures

Ces inscriptions payantes serviront aussi à augmenter les fonds propres des établissements

L’objectif est double et doit favoriser « un cercle vertueux », selon Slim Choura, directeur général de la coopération internationale auprès du ministère de l’Enseignement Supérieur. La Tunisie souhaite d’ici 2023 que ses universités obtiennent l’accréditation européenne, un sésame qui permet de proposer notamment des doubles diplômes. Or, l’accueil d’étudiants étrangers est un des critères d’obtention. Ces inscriptions payantes serviront aussi à augmenter les fonds propres des établissements et donc à améliorer leurs infrastructures et leurs attractivités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *