Assises nationales – « Ceux qui sont au pouvoir ne veulent pas que le peuple se libère »

Coordonnateur de la Commission gouvernance sociale des Assises nationales, Pr Bouba Diop tire le bilan des dix ans de ces assises. « Ce qu’il faut retenir des conclusions des Assises nationales, c’est toute une démarche pour changer le Sénégal, indique-t-il, au micro de Sud fm. Pour permettre au Sénégal d’avoir des Institutions fortes, adaptées au contexte actuel sur le plan politique. C’est également un produit qui permet de voir les changements économiques qu’il faut apporter. Aussi au plan social. »

« Un élément nouveau, note-t-il, aujourd’hui, qu’on célèbre les dix ans, les assises se sont dotées d’un Institut qui va permettre de faire le suivi de tout ce qui a été dit. Une structure qui permettra d’engranger des idées nouvelles pour toujours amener le Sénégal plus loin sur tous aspects de la vie nationale. »

« Aujourd’hui, prône Pr Bouba Diop, il faut tout faire pour qu’on revienne à l’esprit des assises, qu’on améliore le produit et qu’on avance. »

De ce fait, il déplore l’attitude des tenants actuels du pouvoir. « Ceux qui ont gagné les élections savent très bien que les produits des assises sont des produits qui permettent au peuple de se libérer davantage. Il y a des gens qui ne veulent pas que le peuple se libère, qu’ils veulent toujours rester au pouvoir et faire ce qu’on appelle le ‘patrimoinialisme », qui veulent continuer à faire en sorte que le Sénégal soit toujours dans des situations de dépendance. Ce sont malheureusement ces gens qui sont arrivés au pouvoir, qui n’ont aucune conscience des enjeux actuels et qui n’ont pas voulu appliquer de manière radicale les conclusions des assises », accuse-t-il.

Il en veut pour preuve, selon ses propres termes, « un aspect très important sur un des projets des assises, c’est que le président de la République doit être au dessus de la mêlée. Il ne peut pas être un président de parti politique. Cette affaire n’a pas été réglée parce que celui qui est au pouvoir n’a pas voulu changer. »