Boycott des députés de l’opposition Fonséca parle d’une tempête dans un verre d’eau

Le président du Cap-Vert a qualifié de tempête dans un verre d’eau la polémique autour du boycott de son discours par l’opposition parlementaire.

Les députés de l’opposition ont boycotté le discours du chef de l’État du Cap-Vert. Interrogé sur la question, Fonseca minimise et parle d’épiphénomène. Pour lui, aucune démocratie n’est parfaite, tout en reconnaissant que le Sénégal est une référence en matière de démocratie. C’est une question de politique intérieure du Sénégal. Je ne veux pas évoquer la question. J’en ai parlé avec Macky Sall, il m’a expliqué. Pour nous, le Sénégal, bien avant le Cap-Vert, a eu une démocratie pluraliste. Il reste pour nous tous une grande référence de démocratie en Afrique. Mais, je ne veux pas faire de commentaire sur la politique intérieure du Sénégal », a expliqué  le Président Fonséca lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue sénégalais au palais présidentiel.

1300 Sénégalais en passe d’être régularisés au Cap-Vert

Concernant nos compatriotes vivant dans son pays, Jorge Carlos de Almeida a indiqué que 1300 Sénégalais sont établis au Cap-Vert avec une autorisation formelle de résidence, mais qu’il y avait quelques problèmes concernant les documents administratifs. Pour lui, il y a entre 6.000 et 7.000 Sénégalais au Cap-Vert, ce qui veut dire que la majorité n’a pas d’autorisation de résidence. Face à cette situation, il a dit que le gouvernement du Cap-Vert a décidé de faciliter les conditions pour obtenir l’autorisation de résidence, en accord avec la loi cap-verdienne. En outre, il a  promis que « Tout sera fait pour améliorer les conditions pour que les Sénégalais puissent être au Cap-Vert comme les Cap-verdiens sont ici au Sénégal ». Concernant la communauté cap-verdienne qui réside au Sénégal, le Président Fonséca affiche un satisfécit quant à leurs conditions de séjour. « Les Cap-verdiens au Sénégal sont dans une situation d’intégration parfaite. Nous n’avons pas de problèmes », s’est-il réjoui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *