Brigitte Macron: « Je ne me sens pas première dame »

L’épouse d’Emmanuel Macron a visité mercredi une école de Washington en marge de la visite d’État. L’occasion pour elle de se confier sur son quotidien depuis un an.

« Je fais toujours l’école buissonnière », confie-t-elle avec le sourire. Brigitte Macron s’est offert une pause de quelques heures lors de la visite d’État de son mari à Washington pour aller visiter une école du quartier de Georgetown. L’éducation, un thème cher à l’épouse d’Emmanuel Macron « accueilli en fanfare » par les élèves de cet établissement dédié à l’apprentissage des arts.

Pour Brigitte Macron, il s’agissait aussi de profiter d’un moment de liberté après deux jours de visite d’État avec un planning millimétré et des apparitions ultra préparées avec, notamment, l’autre couple présidentiel Melania et Donald Trump.

« Il y a une petite étiquette par terre, donc je me mets où on me dit de me mettre », explique-t-elle au micro RTL.

« Il n’y a jamais de temps off »

Une petite étiquette pour lui dire où se placer, mais pas de manuel pour apprendre le rôle de First Lady à la française. En août dernier, elle avait évoqué une « charte de transparence » afin que son statut soit le plus clair possible.

« On est là, sans être là, tout en étant là, livre Brigitte Macron. C’est très curieux. Donc il ne faut surtout pas être importune parce que c’est très clair, on n’est pas élue. Le positionnement n’est pas simple. »

D’autant que les sollicitations n’ont pas l’air de manquer: « Ce que je n’aime pas, c’est qu’il n’y a jamais de temps off. (…) Il n’y a jamais de moment où vous pouvez être totalement tranquille. Ça, c’est le côté le plus pesant. »

Après un an à l’Élysée, Brigitte Macron estime ne toujours pas « se sentir première dame ».

En mars, elle avait expliqué à BFMTV s’investir pour des causes qui lui tiennent à coeur, en discuter avec son mari.

« On voit comment faire au mieux », précisait-elle, expliquant ensuite se mettre en relation avec le ministre concerné.

« Dans ma tête, je suis l’épouse d’Emmanuel Macron, pas l’épouse du Président », poursuit-elle mercredi, assurant qu’elle vit « une vie normale ». « Je rencontre des gens. Je n’ai pas changé ni dans ma tête ni dans ma manière de vivre », conclut-elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *