Football : Mitroglou, culte naissant à l’Olympique de Marseille

Conspué jusqu’en janvier, le buteur grec marque, depuis, toutes les 27 minutes passées sur le terrain. Il mènera l’attaque marseillaise ce soir face au RB Salzbourg, en demi-finale aller de la Ligue Europa.

Les Grecs diraient « thrassos ». Un concept difficile à traduire, fait à la fois d’insolence, de refus des règles mais surtout d’une détermination sans faille, d’une audace qui ne cède jamais à la peur. « Thrassos, explique Yannis Davvetas, Athénien, francophone et dingue de foot, c’est vraiment le mot qu’on colle ici à Kostas Mitroglou. Cette capacité à aller au bout des choses sans se soucier des convenances, un peu comme de la rage de réussir. »

Est-ce le « thrassos » qui porte actuellement Konstantinos Mitroglou ? A Marseille, l’avant-centre de l’équipe de Grèce vient d’empiler neuf buts en huit matches. Un ratio plus impressionnant encore si on le rapporte au temps réellement passé par l’attaquant de l’OM sur les pelouses. Après son doublé contre Lille (5-1), samedi 21 avril dans un stade Vélodrome grondant de bonheur, la statistique éditée par le cabinet spécialisé Opta a couru les réseaux sociaux : en Ligue 1 en 2018, Kostas Mitroglou marque un but toutes les 27 minutes de jeu, soit la meilleure fréquence d’un attaquant dans les cinq grands championnats européens.

le monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *