Corée du Nord: Kim Jong-un dit sa «grande satisfaction» après une lettre de Trump, à quelques semaines de leur deuxième sommet

Le Vietnam est évoqué comme le favori pour accueillir la nouvelle rencontre entre les deux dirigeants, prévue pour fin février…

La communication pré-sommet bat déjà son plein. Kim Jong-un a exprimé sa « grande satisfaction » après avoir reçu une lettre du président américain Donald Trump, a indiqué jeudi l’agence officielle nord-coréenne KCNA, à l’approche d’une nouvelle rencontre entre les deux dirigeants prévue fin février.

Kim Jong-un a engagé de « bonnes préparations techniques » en vue de cette rencontre, a ajouté KCNA, dans un premier commentaire concernant les discussions programmées pour le mois prochain.

La lettre de Donald Trump a été remise au dirigeant nord-coréen par son bras droit et vice-président, Kim Yong Chol, qui avait rencontré le président américain à la Maison Blanche la semaine précédente, alors que les deux pays cherchent un accord de dénucléarisation susceptible de mettre fin à des décennies d’hostilité. Kim Jong-un « a parlé en termes élogieux du président Trump pour avoir manifesté (…) un grand intérêt pour le deuxième sommet » entre la République populaire et démocratique de Corée (RPDC, nom officiel de la Corée du Nord) et les États-Unis, a précisé KCNA.

Le Vietnam tiendrait la corde pour organiser la rencontre

Samedi, le président Trump a déclaré que l’endroit du nouveau sommet bilatéral avait été décidé, sans donner plus de détails. Selon la Maison Blanche, il se tiendra en février. Une source gouvernementale au Vietnam a fait part à l’AFP de « préparatifs logistiques » pour accueillir ce sommet, probablement dans la capitale Hanoï ou la ville côtière de Da Nang.

Les deux chefs d’État se sont rencontrés pour la première fois en juin à Singapour. Ils avaient alors signé un document rédigé de manière vague, dans lequel Kim Jong-un s’engageait à travailler pour la « dénucléarisation de la péninsule coréenne ». Une nouvelle rencontre pourrait permettre de clarifier qui doit entreprendre cette « dénucléarisation », comment, et à quel rythme, autant de questions que l’accord de Singapour laissait en suspens.

Pour les experts de la géopolitique de la région, le premier sommet avait surtout été un succès d’image. La stratégie de dialogue de Donald Trump n’a en effet pas donné de résultats concrets pour réduire l’arsenal du régime de Pyongyang et mieux assurer la sécurité des pays voisins.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *