Gakou dan le Sine: «L’espoir est massacré à Fatick»

« Djiakartisation » de l’économie, « Délégation au suicide rapide » à la place du DER, l’Etat en faillite sont, entre autres, les piques assassines que le président du Grand Parti (GP), Malick Gakou, a lancé ce weekend à Fatick contre le régime de Macky Sall. Le leader du Grand Parti, en démonstration de force, a organisé sa caravane de l’espoir dans le Sine pour rencontrer, sensibiliser et conquérir des militants en direction de la Présidentielle du 24 février  2019.

 

Malgré qu’il n’ait pas reçu l’autorisation de tenir sa manifestation politique, qui était prévue au Cdeps de Fatick, le leader du Grand parti (Gp) Malick Gakou, s’est rendu ce samedi 9 juin 2018 dans la ville de Macky Sall. Nonobstant la chaleur et le Ramadan, les populations du Sine ont répondu à l’appel du candidat de l’espoir pour la présidentielle de 2019. Dans le fief  du président  Macky Sall, Malick Gakou n’est pas passé par quatre chemins pour dénoncer l’échec de la politique du Chef de l’Etat. «Nous sommes venus  constater de manière réelle l’échec de la politique économique et sociale du président Macky Sall. Nous l’avons dit, l’espoir est massacré ici à Fatick. Il suffit de sillonner les rues pour se rendre compte de la déception des populations parce que le gouvernement n’a pas pu réaliser les innombrables attentes, même venant d’un fils du terroir comme le président Macky Sall », a-t-il déclaré devant ses militants. La salle de la case-foyer de l’union communale des femmes de Fatick était trop étroite pour contenir les militants dont certains étaient restés sous les tentes dressées pour la circonstance. D’après M. Gakou, ces populations sont venues lui dire leur enthousiasme et  engagement à ses côtés pour qu’ensemble, au soir du 24 février 2019, ils puissent changer et redresser le Sénégal en le remettant au travail afin d’amorcer les mutations indispensables pour lui mettre de jouer les premiers rangs en Afrique et dans le monde.

 

De la Délégation à l’Entreprenariat rapide à la «Délégation au  suicide rapide »

Pour changer le Sénégal, dira le candidat de l’espoir, il faudra remettre le pays au travail et dissoudre ces agences budgétivores qui sont en porte faux avec la défense des intérêts des populations, conformément aux recommandations des assises nationales. A l’en croire, après l’échec réel de sa politique d’emploi, le président  Macky Sall n’a rien à proposer à la jeunesse et aux femmes de ce pays qu’une délégation à l’entrepreneuriat rapide, que d’ailleurs les jeunes rencontrés ont intitulé « délégation au suicide rapide ». La jeunesse et les femmes ne méritent pas cela. C’est la raison pour laquelle ils ont manifesté leur volonté commune de ne ménager aucun effort afin d’accompagner le candidat de l’espoir au soir du 24 février pour célébrer la perspective du Sénégal du développement et de la croissance inclusive. Sur ce, ce dernier a réaffirmé sa volonté de renforcer les bourses de sécurité familiales en augmentant la somme de 100000 à 120.000 FCFA. Pour lui, c’est dans ce cadre que le pacte de convergence du Plan alternatif Suxali Sénégal va remettre à la jeunesse du pays les voies et les conditions dans lesquelles ils peuvent développer l’entrepreneuriat personnel. « Nous avons décidé de mettre sur pied un fonds d’appui à la jeunesse à travers  un revenu minimum d’insertion de 120.000 FCFA par an pendant 5 ans », a-t-il informé. Et d’ajouter que ce fonds est destiné à tout  jeune Sénégalais, âgé de 18 à 30 ans, n’ayant pas de travail et ne bénéficiant pas de revenu et qui donne la garantie d’ouvrir une entreprise et de travailler pour le rayonnement et le développement économique du Sénégal. Cette prime d’encouragement à l’entreprenariat, selon Malick Gakou, concerne les jeunes pêcheurs,  agriculteurs, tailleurs, artisans, les mécaniciens, entre autres.

 

« Djiakartisation» de l’économie

« Aujourd’hui, quand vous sillonnez le Sénégal, ici même à Fatick, la traduction de cet échec incommensurable du PSE, c’est la « Djiakartisation » de l’économie. La « Djakartamanie » de Macky Sall, c’est le premier pourvoyeur d’emplois au Sénégal », a dit le président du GP. « Quelle l’industrie a été inaugurée à Fatick ? Quelle est le revenu supplémentaire qui a été donné aux populations ? », s’est interrogé l’ancien ministre des  sports. Et de lancer que cette population qui est dans le désespoir et la précarité, ne sent pas le PSE et cette croissance de 7.2 qu’on vante  à Dakar.

 

L’Etat a une dette intérieure de plus de 400 milliards FCFA

Revenant sur la situation financière du Sénégal, Malick Gakou a laissé  entendre qu’il n’a pas besoin de démontrer que l’Etat a des difficultés. Il suffit de sillonner les rues de Fatick pour voir le nombre de chantiers inachevés. C’est parce que l’Etat a une dette intérieure de plus de 400 milliards de F CFA. « Tout le monde sait que les caisses de l’Etat sont vides. Le Ministre de l’Economie dit que les caisses de l’Etat sont remplies. Si l’Etat a de l’argent, il n’a qu’à payer sa dette intérieure. Il est en faillite », a-t-il martelé. Et de conclure : « au moment où je vous parle, l’Etat du Sénégal doit aux producteurs et aux cultivateurs 16 milliards de francs CFA. Nous réaffirmons ici à Fatick que les caisses de l’Etat ne sont pas au vert comme l’affirment les autorités publiques de ce pays ».

Zachari BADJI

 

  

 

rewmi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *