Après l’arrivée et sa deuxième place acquise dimanche en Australie derrière Sebastian Vettel, Lewis Hamilton n’avait pas caché son incompréhension (et sa colère). Agacé, le quadruple champion du monde ne comprenait pas comment lui et son équipe avaient pu laisser échapper la victoire alors qu’ils étaient les plus rapides.

« Fondamentalement, on s’est raté sur la stratégie, on était devant, on contrôlait, c’est une course qu’on ne pouvait pas perdre, a réagi le pilote britannique juste après la course, tout en reconnaissant la victoire incontestable de l’Allemand et de sa Ferrari. Je vais aller demander des explications à l’équipe parce que ce n’est pas acceptable de perdre une course qu’on méritait de gagner.

En fait, selon les responsables de Mercedes, c’est une erreur de calcul d’un logiciel qui est à l’origine de la boulette stratégique de l’écurie allemande. L’incident a eu lieu au 27e tour, lors du déploiement de la voiture de sécurité virtuelle (avant, finalement, l’entrée en piste de la voiture de sécurité réelle quelques minutes plus tard). En tête à ce moment, Vettel s’est arrêté au stand. Mercedes a alors cru – après consultation des calculs – que Lewis Hamilton était assez proche de l’Allemand pour le passer. Mais non. Il a manqué quelques dixièmes de seconde au pilote anglais pour passer.

Wolff: « Lewis n’a rien fait de mal, c’est un bug dans un logiciel »

« Nous avons calculé l’écart nécessaire pour une (possible) VSC, a détaillé Toto Wolff, le patron de l’écurie Mercedes, sur le site officiel du Championnat du monde de F1. Notre ordinateur disait qu’il fallait (au moins) 15 secondes pour (que Vettel) puisse prendre l’avantage. Les pilotes étaient une seconde en dessous de cette limite. Soudainement, les caméras ont montré la sortie des stands. Sebastian est sorti juste devant nous… Le logiciel ou le système que nous utilisons depuis cinq ans nous a donné un chiffre erroné. »

« Lewis n’a rien fait de mal, a conclu Wolff. C’est un bug dans un logiciel ou juste un algorithme qui n’était pas bon. » Les discussions s’annoncent animées dans les prochains jours entre les concepteurs dudit logiciel et les responsables de Mercedes…