Le bilan des rapts d’enfants # 3 meurtres, 1000 personnes interpellées

Le ministre de l’Intérieur, et son collègue en charge de la Bonne Gouvernance et de l’Enfance, ont fait le point ce mardi, sur les cas de rapts d’enfants qui ont émaillé ces derniers jours. Et Aly Ngouille Ndiaye a précisé qu’en ce moment, ce sont 3 cas avérés qui ont été répertoriés par les services de sécurité relevant de son ministère.

3 cas avérés et des canulars
« Sur la base d’informations parvenues  au niveau de la police et de la gendarmerie, ces 3 derniers mois, nous sommes à 3 meurtres. Nous avons le cas de la fillette de Mbao, violée et tuée, le cas Fallou Ba de Touba et le cas Fallou Diop à Rufisque. Les investigations sont en cours pour trouver les auteurs de ces faits », a expliqué le ministre de l’Intérieur. Il a cependant précisé que plusieurs autre cas se sont avérés faux.

1000 personnes interpellées
Et avec la succession de ces cas de rapts, les services de sécurité ont entamé des opérations de sécurisation. Le ministre d’en révéler les résultats : « On a démarré les opérations le 22 et nous sommes le 27. Pratiquement en 5 jours nous avons interpellé près de 1000 personnes sur l’ensemble des grands centres urbains », indique-t-il. La police ne voudrait pas que ce type d’actions soient sporadiques, mais plutôt, qu’elles soient étalées dans le temps. « Mieux, nous sommes même en train de voir comment le faire de jour comme de nuit », révèle-t-il.

Un rapport avec les élections ?
Pour ceux qui pensent que ces cas de rapt sont liés à des sacrifices de politiciens véreux, à l’approche d’élections, Aly Ngouille Ndiaye s’est voulu clair : « Ça peut être difficile de le lier à des élections. Objectivement. D’abord, ça ne concerne pas que le Sénégal. Ce sont des cas qui sont avérés dans la sous-région. Donc pas uniquement au Sénégal. Et je ne suis pas sûr qu’on ait le même calendrier électoral. Peut-être qu’il y a une coïncidence », estime-t-il.

« Pas forcément lié à des élections »
« Vous savez au Sénégal il y a des élections tout le temps. On n’a jamais fait ce lien. Il y a des élections pratiquement tous les ans ou tous les deux ans. Donc si ce phénomène est là ce n’est pas forcément lié à des élections. Maintenant des gens peuvent facilement le lier à des élections pour des questions de fétichisme. Parce que vous savez, dans notre pays également, ces croyances sont encore là », regrette le premier policier du pays.

« Ces meurtriers s’ils sont pris… »
Quant aux sanctions qu’encourent les auteurs de tels actes, le ministre de l’Intérieur avertit : « Ces gens-là s’ils sont pris, c’est directement aux assises. Parce que là c’est des meurtres. Ce n’est même pas des tentatives. Ce sont des meurtres. Si on parvient à élucider ces affaires, ça va directement aux assises », a-t-il promis, face à la presse. Quant à l’évolution des enquêtes, Aly Ngouille Ndiaye soulignera que pour le moment, les meurtriers n’ont pas été arrêtés.

Appel à la sérénité
Le ministre de l’Intérieur a aussi appelé les populations à la sérénité. Et surtout, à ne pas verser dans la justice populaire: « Il faut que les gens sachent raison garder. D’abord nous ne sommes pas dans un pays où on doit faire notre propre justice. Nous avons un service de police qui marche à merveille surtout quand on a la possibilité de prendre celui qui est fautif. Si on a la possibilité de prendre quelqu’un qui est fautif, on n’a pas besoin de se faire justice nous-mêmes. Sinon où va le pays? », se demande-t-il.