Le braqueur multirécidiviste Redoine Faïd condamné à 28 ans de réclusion criminelle

Le braqueur Redoine Faïd, qui avait défrayé la chronique avec deux évasions de prison spectaculaires, a été condamné vendredi en appel à 28 ans de réclusion criminelle pour l’attaque d’un fourgon blindé en 2011.

Une nouvelle condamnation pour Redoine Faïd. Le braqueur multirécidiviste a été condamné vendredi en appel à vingt-huit ans de réclusion criminelle par la cour d’assises du Pas-de-Calais pour l’attaque d’un fourgon blindé en 2011, soit dix ans de plus qu’en première instance.

Jeudi, le ministère public avait requis vingt-cinq ans de réclusion à l’encontre de Redoine Faïd. Agé de 47 ans, il est notamment jugé pour vol en bande organisée avec menace d’une arme, destruction de biens d’autrui, violences en réunion et association de malfaiteurs.

Un accusé absent de son procès

Absent depuis le début de son procès, Redoine Faïd, qui avait entamé une grève de la faim le 20 février pour protester contre ses conditions de détention, a de nouveau refusé vendredi d’être extrait de sa cellule pour se présenter au tribunal.

Le 19 octobre 2017, la cour d’assises du Nord l’avait condamné à 18 ans de réclusion criminelle, le reconnaissant coupable, avec quatre autres complices, d’avoir attaqué à l’explosif un fourgon blindé de la société Loomis sur une route nationale du Pas-de-Calais le 17 mars 2011, dérobant plus de deux millions d’euros.

Arrêté dans un snack près de Lille

Quelques mois plus tard, Redoine Faïd ainsi que Saïd Agouni, tenu pour le logisticien, et un autre complice étaient arrêtés dans un snack près de Lille en juin 2011.

Saïd Agouni a été condamné vendredi à quinze ans de réclusion criminelle, la même peine qu’en première instance, alors que l’avocat général Jean-Francis Créon avait requis jeudi dis-huit ans de réclusion criminelle à son encontre.

Fahri Berisa, le troisième accusé de ce procès, contre lequel deux ans d’emprisonnement avaient été requis, a quant à lui été acquitté.

Durant toute la tenue du procès, Redoine Faïd, qui avait entamé une grève de la faim le 20 février, ne s’est jamais présenté à la barre.

« C’est un miracle s’il n’y a pas eu de mort »

« Agouni est là seul dans le box alors que Redoine Faïd est un lâche… Les victimes, elles, sont venues et se serrent les coudes depuis le premier jour d’audience », a lancé Me Carine Delaby Faure, avocate d’un gendarme qui a essuyé des tirs pendant le braquage.

« Le braquage est l’œuvre de professionnels et c’est un miracle s’il n’y a pas eu de mort », a-t-elle ajouté.

Déjà condamné à vingt-cinq ans de réclusion pour son rôle d' »organisateur » d’un braquage raté en 2010, qui avait coûté la vie à une policière municipale, Redoine Faïd est incarcéré à l’isolement au centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), l’une des prisons les plus sécurisées de France.

Il a également été condamné à dix ans de prison en 2017 pour son évasion de la prison de Lille-Sequedin (Nord) en avril 2013. Il a fait appel de cette décision. Il doit encore être jugé pour sa spectaculaire évasion de la prison de Réau (Seine-et-Marne) en juillet 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *