LE SENEGAL ETALE SA FORCE

L’armée sénégalaise a sorti ses moyens matériels et humains pour célébrer la 58ème année de l’accession du Sénégal à la souveraineté internationale. Une démonstration à laquelle est venue s’ajouter la prestation des civils.
Différentes prestations ont eu lieu à la place de la Nation hier, mercredi 4 avril. Le défilé motorisé dirigé par le passage du commandant de la zone militaire n°1 de Dakar et maitre d’œuvre du défilé, le colonel Cheikh Oumar Tamba, a marqué le début des prestations des forces de défense et de sécurité.

Les unités de police constituées de la gendarmerie nationale ont suivi le passage du commandant de zone.  Les unités de police constituées de la Police Nationale et la garde présidentielle avec 55 motos ont défilé à la place de l’obélisque.

Les véhicules d’intervention avec leurs vannes multiples ont été montrés au public.  L’unité d’appui à la surveillance des frontières avec un cortège de nombreux véhicules a effectué son passage.   Le bataillon blindé et le bataillon d’artillerie ont tous deux été présentés.

La brigade des sapeurs pompiers, la Police Nationale, l’administration pénitentiaire, les eaux et forêts ont étalé également leurs moyens.  Le Prytanée militaire de St-Louis, chargé d’animer le défilé des écoles de formation militaire a été la première école à se présenter pour le défilé des écoles de formation militaire.  Le défilé aérien a précédé le retour de la musique de la police nationale pour l’animation du défilé à pieds.

Casques bleus, blancs ou rouges à la tête, les hommes ont magnifié la participation sénégalaise aux différentes opérations de maintien de la paix dans le monde. En tenues de spahis, la garde présidentielle a défilé devant le président Macky Sall qui s’est levé pour saluer leur passage.

Habillés conformément au thème ou tout simplement de la tenue militaire, les forces de défense et de sécurité se sont bien illustrées à la place de la Nation. Les commandos, la force spéciale, le 12ème bataillon ont marqué le défilé de l’armée de l’air. Le défilé a commencé à 10 heures précises avec l’arrivée du chef de l’Etat. Peu avant cette étape, l’ambiance se faisait déjà sentir.  Les images diffusées sur les écrans plats montrent le départ du président de la République, Macky Sall du Palais. Pendant ce temps, le président de l’Assemblée Nationale, Moustapha Niasse, avait fini de faire la revue des troupes pour se diriger vers la tribune officielle. Moment choisi par l’armée pour débuter les tirs des coups de canon qui se sont poursuivis jusqu’à l’arrivée du chef de l’Etat, Macky Sall, à la place de la Nation.

10h 00 min, le cortège s’immobilise devant la tribune officielle. Le chargé du protocole à la présidence, Bruno Diatta ouvre la porte du véhicule présidentiel, Macky Sall y descend. Après cette étape, ce fut la présentation du drapeau et l’exécution de l’hymne national.  Les minutes qui suivent, ont été l’occasion pour le chef de l’Etat de faire la revue des troupes.  Accompagné du général Meissa Niang à bord du véhicule de l’armée, le président Macky Sall a salué tous les défilants sous le chant Niani Bagnna entonné par la musique de la police nationale.  Une quinzaine de minutes ont été réservées à cette étape du défilé.

Les décorations militaires par le président de la République Macky Sall, le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, le ministre des forces armées, Augustin Tine, le Haut commandant de la gendarmerie, directeur de la justice militaire, Meissa Niang et le chef d’état major général des armées, Cheikh Gueye, ont marqué la première phase du défilé.Le passage d’un avion de transport militaire a donné le signal pour le passage des majorettes de l’institut Notre Dame.

Chéchias rouges, boubous en gris assortis de jupes et de chaussures blanches, elles ont exécuté leur chorégraphie sous les ordres de leur tambour major, Mbaye Faye et de leurs encadreurs Madeleine Sagna et Véronique Kabou. Elles ont cédé la place aux civils. Animés par la musique de la police nationale, ce défilé a débuté par le passage de l’Agence nationale de la case de tout-petits. Avec des gestes infantiles, les enfants installés dans un véhicule font signe à l’assistance. Les écoles des différentes communes de la région de Dakar, ont succédé aux enfants de la case des tout-petits.  Les écoles de formation, elles aussi, ont effectué leur passage devant le chef de l’Etat.  D’une démarche lente, tous des vieux, les anciens combattants ont défilé à côté des victimes de guerre.

Les majorettes du lycée John Kennedy ont mis un terme au défilé civil.  L’école des officiers de la gendarmerie nationale a débuté la phase réservée aux miliaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *