Les 2 ex-otages occidentaux enlevés au Burkina Faso retrouvés libres au Mali

La ressortissante canadienne Édith Blais et son ami italien Luca Tacchetto, enlevés par de présumés jihadistes, en décembre 2018, au Burkina Faso alors qu’ils se rendaient par route au Togo, sont désormais libres. Ils ont été retrouvés, vendredi 13 mars, vers 15 heures, par les casques bleus de la mission de l’ONU au Mali, dans les environs de la localité de Kidal (nord-est du Mali).

C’est dans les environs de la ville de Kidal que des casques bleus de l’ONU ont retrouvé Édith Blais et Luca Tacchetto. La ressortissante canadienne et son ami italien ont tout de suite été mis sous la protection de la délégation de la mission de l’ONU à Kidal, ville sous contrôle des ex-rebelles.

Pas de violences

« Les deux se portent bien », nous a confié une source qui a pu brièvement les rencontrer.

Après une nuit passée à Kidal, un vol a été affrété, ce samedi 14 mars, pour les ramener dans la capitale malienne.

Comme dans plusieurs affaires de libération d’otages étrangers dans le sahel, il faut attendre encore un moment pour connaître des détails de cette issue heureuse mais d’après nos informations, ce n’est pas une action violente qui leur a permis de recouvrer la liberté.

Périple routier

Poursuivant un périple routier, Édith Blais 36 ans, et Luca Tacchetto, 32 ans avaient quitté le Mali pour rallier le Togo où ils devaient participer à un projet de reforestation. C’est au Burkina Faso – plus précisément entre les localités de Bobo Dioulasso et de Ouagadougou – qu’ils ont disparu, en décembre 2018.

Plusieurs semaines après, avec certitude, différentes sources rapportaient qu’ils étaient toujours en vie et qu’ils étaient tombés entre les mains de présumés jihadistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *