Les « fautes professionnelles » de Rami

A l’origine des deux buts monégasques, dimanche, à Louis II, Adil Rami a reconnu ses erreurs à l’issue de la rencontre, se satisfaisant néanmoins du succès arraché par ses coéquipiers (3-2).

L’essentiel est sauf pour Adil Rami. Coupable sur les deux buts inscrits par les Monégasques au retour des vestiaires et qui ont valu à l’Olympique de Marseille de se retrouver mené 2-1 après avoir pourtant ouvert le score juste avant la pause, Adil Rami n’a pas manqué d’apprécier le succès arraché à la dernière minute par Valère Germain. « C’était quoi le mieux ? C’était mieux de faire un gros match individuellement et de perdre collectivement ou d’être mauvais comme moi et de gagner ? », s’est-il ainsi interrogé devant les micros à l’issue de la rencontre. Non sans battre sa coulpe…

« On était dans le match, en première mi-temps on était bien… En 10 minutes, j’ai relancé le match à moi tout seul. J’en prends la responsabilité, a-t-il ainsi confié au micro de Canal +. C’était dur mentalement, très très dur. J’ai vu les étoiles à un moment donné. Ce n’était pas facile de relever la tête mais on a gagné. Il va falloir redoubler d’efforts et remettre les points sur les ‘i’ très rapidement. Aujourd’hui, ça tourne en ma faveur, mais j’ai fait deux fautes professionnelles ce soir. Je dois être plus concentré et changer de visage. Je suis content pour le résultat mais ça va mal pour moi. »

Le défenseur marseillais peut néanmoins toujours compter sur le soutien de son entraîneur. « J’ai ressenti une grosse déception pour Adil (Rami) après ses deux erreurs », a en effet confié Rudi Garcia, le technicien phocéen espérant qu’il y ait « moins de cadeau à l’avenir. » Egal à lui-même, le champion du monde n’avait en tout cas pas perdu son sens de l’humour malgré cette prestation catastrophique. « Il va falloir que je prenne une potion 50 comme dans Fortnite et relever la tête », a-t-il lancé dans un sourire.