Les mesures pour lutter contre le coronavirus se durcissent partout en Afrique

Plusieurs pays africains multiplient les efforts pour enrayer la propagation du nouveau coronavirus. Les restrictions varient d’un pays à l’autre du continent, où plus de 5 700 cas et 190 morts – dont la Tanzanie, le Botswana, la Mauritanie qui ont déploré mardi 31 mars leur premier décès dû au coronavirus – ont été recensés officiellement, selon un décompte de l’AFP.

Au Nigeria, le président Muhammadu Buhari a décrété l’interdiction de « tout mouvement » à partir de lundi soir, et pendant au moins 14 jours, dans les États de Lagos et Abuja qui enregistrent la grande majorité de la centaine de contaminations officiellement enregistrée dans le pays,135 cas et deux décès. Un pari aussi ambitieux que risqué dans le pays le plus peuplé d’Afrique, mais qui semblait, dès les premières heures, appliqué à la lettre dans une grande partie de la tentaculaire mégalopole de 20 millions d’habitants du Sud.

Les deux premiers décès au Congo-Brazzaville ont été enregistrés dans la capitale économique et pétrolière Pointe-Noire, a indiqué mardi la ministre de la Santé, Jacqueline Lydia Mikolo, qui a fait état de 22 cas au total. Un confinement a commencé à partir de minuit (1 h mercredi en France), avec couvre-feu nocturne, dans ce pays producteur de pétrole d’environ cinq millions d’habitants.

Croissance économique menacée en Côte d’Ivoire

De l’autre côté du fleuve Congo, la République démocratique du Congo a déclaré mardi soir 11 nouveaux cas confirmés pour un total de 109 dont huit décès, tous à Kinshasa, à quatre exceptions près (un en Ituri, un au Nord-Kivu, deux au Sud-Kivu). Le pays signale trois guérisons.

En Afrique de l’Ouest, la Côte d’Ivoire fait état de 179 cas de contamination dont un décès, selon le dernier bilan mardi. Un couvre-feu a été instauré et Abidjan, la capitale économique, a été isolée. La croissance économique de la Côte d’Ivoire devrait être divisée par deux, à 3,6 % en 2020, à cause de la pandémie, selon le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, qui a annoncé mardi un vaste plan de soutien économique et social.

En Éthiopie, la commission électorale a annoncé le report sine die des élections générales prévues le 29 août, en raison de la pandémie.

L’Ouganda a également renforcé ses mesures de protection des populations, le président Yoweri Museveni ayant décrété la veille un arrêt immédiat de toute circulation de véhicules et un couvre-feu nocturne.

Confinement total en Afrique du Sud

En Afrique du Sud, la maladie a fait cinq morts et contaminé 1 353 personnes, a annoncé mardi le ministre de la Santé Zweli Mkhize, qui a noté que la progression de la maladie n’était pas « aussi rapide qu’anticipé ». « La fermeture de nos frontières est un facteur. Jusqu’à la semaine dernière, 70 % des cas positifs étaient des visiteurs entrant dans le pays », a souligné le ministre.

Les 57 millions de Sud-Africains sont placés depuis vendredi dans une période de confinement total de trois semaines destinée à freiner la propagation de l’épidémie.

L’ordre de confinement lancé par le président Ramaphosa peine toutefois à être strictement appliqué dans les townships du pays, dont les habitants continuaient mardi à se presser dans les magasins pour faire leurs courses ou percevoir leurs aides sociales. L’Afrique du Sud est, en nombre de cas, le pays le plus touché du continent par le Covid-19.

Cinq États africains figurent au contraire parmi les rares pays au monde à n’avoir encore déclaré aucun cas de nouveau coronavirus : les Comores, le Lesotho, le Malawi, Sao Tomé-et-Principe et le Soudan du Sud. Le Burundi est sorti de la liste mardi soir après l’annonce par son ministre de la Santé de deux premiers cas dans le pays qui se disait jusqu’alors « protégé par la grâce de Dieu ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *