MACKY DECLARE LA «GUERRE» AUX CRIMINELS

Le président de la République bande les muscles contre les délinquants et autres criminels auteurs d’actes ignobles constituant une grave offense à nos valeurs et traditions. Dans son message à la nation du 3 avril, veille de la célébration du 58e anniversaire de l’accession du Sénégal à la souveraineté internationale, Macky Sall a annoncé la construction de 16 commissariats de police, de 10 nouvelles brigades de gendarmerie et le recrutement de 3800 élèves-officiers et élèves gendarmes. Il s’y ajoute l’érection de 20 nouvelles casernes de Sapeurs-pompiers dans 11 départements et l’installation de vidéo-surveillance à Dakar.
«16 commissariats de police seront construits en 2018-2019, dont deux à Rufisque, et les autres à Hann Mariste, Thiaroye, Keur Massar, Zac Mbao, Parcelles assainies, Yeumbeul, Diamagueune, Sicap Mbao, Nioro du Rip, Koungheul, Bignona, Vélingara, Kanel et Touba.» C’est le président Macky Sall qui dé- clare ainsi la guerre aux criminels à travers son discours à la nation du 3 avril, veille du 58e anniversaire de la fête de l’indépendance du Sénégal. En réponse aux crimes et rapts abominables commis sur des enfants qui ont occupé les devants de l’actualité, créant psychose et consternation chez les Sénégalais, le président de la République décide de renforcer la sécurité à Dakar et dans certaines localités intérieures. Ainsi, «10 nouvelles brigades de gendarmerie seront construites et 3800 élèves-officiers et élèves gendarmes recrutés sur trois ans. Enfin, 20 nouvelles casernes de Sapeurs-pompiers seront érigées dans 11 départements, pour une meilleure protection de proximité», révèle le chef de l’Etat.

INSTALLATION DE VIDEOSURVEILLANCE A DAKAR ET DANS LA BANLIEUE 

A en croire le président Sall, «le programme de modernisation des moyens opérationnels de la Brigade d’Intervention Polyvalente et de la Police technique et scientifique, sera renforcé, y compris par l’installation de vidéo-surveillance à Dakar et dans la banlieue. Il en est de même des efforts de sécurisation du territoire national.» Et de qualifier les crimes et rapts de ces derniers temps, d’actes «abominables» commis sur des enfants. «Ces actes ignobles constituent une grave offense à nos valeurs et traditions. Je renouvelle ma ferme condamnation de cette barbarie sans nom. Les Services de l’Etat restent mobilisés pour que les auteurs et complices de ces crimes abjects soient retrouvés et traduits devant la justice.»

POURSUITE DU RETRAIT DES ENFANTS DE LA RUE ET APPEL A LA RESPONSABILITE DES PARENTS 

En même temps, insiste Macky Sall, «le programme de retrait des enfants de la rue se poursuit avec vigueur. Mais, au-delà de l’action publique qui incombe à l’Etat, tous, ensemble, parents, familles et communautés, nous devons assumer nos propres responsabilités de vigilance et de protection de nos enfants.»

SECOURISTE LORS DU CRASH DU MI-17 DE L’ARMEE SENEGALAISE Macky honore Missirah

Le président Macky Sall décerne les honneurs et reconnaissance de la nation aux populations de Missirah, dans la commune de Toubacouta, qui ont apporté les premiers secours aux victimes du crash du MI-17 de l’Armée sénégalaise. «Ce soir, j’ai une pensée particulière pour tous les membres de nos Forces de défense et de sécurité tombés sur le chemin du devoir, dont les victimes du crash d’hélicoptère le 14 mars dernier à Missirah. Aux braves citoyens qui ont apporté les premiers secours dans un acte d’humanité héroïque, je redis la reconnaissance de la Nation. Pour magnifier leur bel exemple de civisme, j’ai décidé de les honorer d’une distinction nationale et de les convier comme invités d’honneur au défilé de cette année», leur a-t-il lancé dans son message à la nation du 3 avril dernier.

CONSTRUIRE SON AUTONOMIE ET MAITRISER SON DESTIN PAR SES PROPRES DYNAMIQUES INTERNES : Des gages pour que le Sénégal mérite son indépendance 

L’indépendance, ça se mérite. Le président de la République, Macky Sall, l’a fait savoir dans son discours à la nation du 3 avril 2018.

Pour le chef suprême des Armées sénégalaises, «la liberté et l’indépendance que nous célébrons demain (hier, mercredi 4 avril, ndlr) ont un prix. Les Nations les plus libres et les plus indépendantes sont celles qui construisent leur autonomie et maîtrisent leur destin par leurs propres dynamiques internes.» Par conséquent, «en héritant d’une indépendance que nos anciens ont revendiquée à leurs risques et périls, nous sommes redevables d’un legs que nous devons transmettre aux générations futures. Notre devoir, c’est de consolider l’indépendance par le développement qui la nourrit et l’entretient. Autrement, elle devient un rêve de liberté plus désincarnée que pleinement vécue et assumée.» Selon lui, il est de notre «responsabilité de léguer aux générations futures un pays libéré du besoin, par un effort individuel et collectif sur nous-mêmes. C’est ce qui me motive, avec le gouvernement, à rester dans le temps du travail et de l’action, en écoutant battre tout le cœur du Sénégal ; le cœur de nos villes et de nos campagnes, afin de poursuivre sans relâche la réalisation de notre objectif commun : bâtir un Sénégal uni et prospère, dans la paix, la solidarité, l’équité et la justice sociale: le Sénégal de tous, le Sénégal pour tous.»

LE 4 AVRIL, DEVOIR DE MEMOIRE 

Auparavant, Macky Sall a relevé que le 4 avril, moment solennel de communion et d’introspection, rassemble. En tant que Nation unie par l’histoire et un destin communs, cette fête «nous rappelle le souvenir de générations qui, avant nous, n’ont connu que les souffrances de la domination coloniale. Le 4 avril est aussi un exercice de mémoire, en hommage à tous nos héros et héroïnes, célèbres ou anonymes, qui ont payé de leur personne la résistance à la colonisation. Cette fête est enfin celle de la liberté, de l’Armée et de la jeunesse. Elle nous exhorte à transcender le passif du passé, et exalte notre détermination à édifier une Nation prospère pour conforter notre destin de peuple libre.» Suffisant pour qu’il salue, avec respect et affection, les anciens combattants. «Merci, chers anciens combattants, pour votre contribution à la défense du monde libre et à la réalisation du droit de notre peuple à disposer de lui même. Le souvenir de vos sacrifices restera immortel dans notre mémoire collective.»

PRES DE 4000 SOLDATS SENEGALAIS DEPLOYES DANS 6 THEATRES D’OPERATION 

Le chef de l’Etat a également réitéré son soutien et sa confiance aux officiers, sous-officiers et militaires du rang. «Dans un contexte de menaces exacerbées, nous sommes fiers que nos Forces de défense et de sécurité restent mobilisées, avec un courage et un dévouement patriotiques, au service de la Nation, de l’Afrique et de la communauté internationale. Voilà pourquoi je me réjouis que le thème du défilé de cette année porte sur la ‘’Contribution des Forces de dé- fense et de sécurité à la paix et à la sécurité internationales’’.» Selon lui, au soutien de notre diplomatie de paix, notre pays est aujourd’hui le premier contributeur de troupes de la CEDEAO, et le 7e des Nations Unies, avec près de 4000 soldats, hommes et femmes, aujourd’hui déployés dans six théâtres d’opé- ration. «Dans l’accomplissement de leurs missions internes ou étrangères, nos Jambaars continuent de faire honneur à l’idéal Armée-Nation, et à leur devise: On nous tue on ne nous déshonore pas. Comme je l’ai indiqué à la cérémonie de baptême du patrouilleur Fouladou, je poursuivrai les efforts d’équipement et d’amélioration des conditions d’existence de nos Forces de défense et de sécurité, afin qu’elles soient toujours prêtes à l’appel du devoir.»