Massacre de 44 Ghanéens par les hommes de Jammeh : Le récit d’un survivant

Le Ghanéen Martin Kyere est le seul survivant des tortures et du massacre sanglant que lui et plus de 50 personnes, dont environ 44 étaient ses compatriotes, ont été victimes après que les militaires les ont pris pour des mercenaires. L’homme a raconté son histoire lors s d’une conférence de presse organisée à Accra par le Centre pour le développement démocratique (Cdd-Ghana) pour amener devant la justice Yahya Jammeh, le président de l’époque.

«En février 2005, plus de quarante-quatre (44) d’entre nous (Ghanéens) ont été embarqués à bord d’un petit bateau au Ghana, pour le Sénégal, en route vers l’Europe pour chercher des pâturages plus verts. Le bateau a cependant été intercepté lorsqu’il est entré dans les eaux territoriales gambiennes et nous avons été arrêtés sur des accusations forgées de toutes pièces d’avoir tenté de renverser Jammeh.

L’information a été transmise à M. Jammeh, qui célébrait alors le coup sanglant qui l’avait porté au pouvoir. Sans aucune enquête appropriée, l’auteur du coup d’Etat a ordonné ses hommes de nous tuer», raconte Martin Kyere dans le quotidien Les Echos. «Les soldats, agissant sur instructions, nous ont menottés et emmenés à un endroit. Nous avons ensuite été transportés dans une forêt avant qu’ils ne tuent froidement mes collègues. J’ai réussi à m’enfuir au Sénégal et je suis ensuite retourné au Ghana pour annoncer la nouvelle de ce crime odieux», confie le rescapé. Jammeh, qui avait nié au début avoir eu connaissance du crime, a, après d’intenses pressions diplomatiques, admis que ses soldats étaient derrière, mais n’a pas dit à la communauté internationale qu’il avait lui-même ordonnée les tueries, précise le journal.

 

Seneweb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *