Tchad : l’interdiction de voyager aux Etats-Unis levée par Washington

L’ex-secrétaire d’État américain Rex Tillerson l’avait promis il y a deux mois lors d’uncourt séjour à Ndjamena. C’est chose faite. Le président américain Donald Trump a annoncé hier que le Tchad ne figure plus sur la liste des pays dont les ressortissants ne peuvent plus entrer aux États-Unis, mais cette mesure ne sera effective qu’à partir du 13 avril.

Officiellement, il s’agit de récompenser « les progrès significatifs » réalisés par le Tchad, qui a mis ses normes de sécurité au niveau exigé par les services de sécurité américains, notamment dans « le contrôle des passeports et les échanges d’informations concernant de présumés terroristes ». Un pas salué déjà par Rex Tillerson lors de son séjour dans ce pays.

Reconnaissance militaire

Mais les autorités américaines ne s’en cachent pas : cette décision est également une reconnaissance du rôle militaire de tout premier plan joué par ce pays dans la guerre contre le terrorisme dans la région. « Le Tchad est un partenaire essentiel et vital de la mission antiterroriste des États-Unis », précise le document.

L’armée d’Idriss Deby Itno, l’une des meilleures du Sahel, est aujourd’hui l’un des fers de lance de l’opération G5 Sahel et est fortement engagée dans la lutte contre Boko Haram. Elle est également parmi celles qui a subi le plus de pertes dans la région.

Le ministre tchadien des Affaires étrangères s’est immédiatement réjoui de cette décision sur Twitter. Chérif Mahamat Zene espère qu’elle va « renforcer le partenariat stratégique et la coopération » avec les États-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *