Une faute de frappe à 85 milliards d’euros pour Samsung Securities

Pour décrire une grossière maladresse comptable, les Anglo-Saxons emploient une formule très imagée, fat finger error. La bourde d’un employé de Samsung Securities à Séoul est telle qu’elle ne relève plus de gros doigts qui auraient appuyé sur plusieurs touches d’ordinateur en même temps mais du coup de poing sur le clavier. Au lieu de verser à chaque salarié de l’entreprise une prime de 1 000 wons (0,76 euro), le comptable a versé à tous 1 000 actions de l’entreprise.

En une fraction de seconde, c’est l’équivalent de 85 milliards d’euros d’actions inexistantes qui ont rempli les comptes des 2 000 salariés de Samsung Securities, soit l’équivalent de 2,6 milliards de titres, plus de trente fois le niveau habituel des transactions effectuées par le courtier. Très réactifs, 16 employés ont revendu pour un total de 150 millions d’euros ces titres indus. Plus grave aux yeux des autorités, 37 minutes ont été nécessaires au groupe avant d’arrêter les frais. Les dégâts sont considérables. Si le titre du courtier a perdu jusqu’à 12 % en Bourse, son image est sérieusement écornée. Le fonds de pension NPS va quitter le courtier et d’autres lui emboîteront le pas. Le ministère des Finances qui réclame d’importantes pénalités à l’encontre de Samsung Securities a exigé des explications sur la création et la revente d’actions fantômes. Et que les employés indélicats soient poursuivis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *